La philosophie des prières quotidiennes



Introduction à la philosophie des prières quotidiennes obligatoires

 

Shikh Moïse Adboulmomin

 

Introduction

Toutes les religions, quelle qu'elle soit, possède une table de loi accordée par Dieu. Celle-ci est toujours adaptée à l'époque à laquelle elle a été révélée. C'est pourquoi, elle est susceptible d'évolution. Par exemple, avant l'avènement du prophète Mohammad (saw), la pratique du jeûne était chose courante et se déroulait sur 40 jours. Autrement dit, les lois divines tenaient compte du milieu culturel, du contexte et de l'époque. C'est pourquoi, il peut y avoir divergence concernant les lois entre les religions et elles comportent toutes une part de pratique, une part d'adoration. D'ailleurs, le concept de religion n'aurait plus aucun sens si elle faisait l'impasse sur l'acte d'adoration. Par toutes les religions ne lui accorde ni le même sens ni le même contenu. Par exemple, dans l'hindouisme, l'adoration s'accomplit uniquement dans un temple, c'est-à-dire l'adoration ne concerne qu'une partie de sa vie, c’est-à-dire lorsqu'il se rend au temple. Par contre, l'Islam ordonne que toute l'existence de l'individu soit adoration et si tel n'était pas le cas, le musulman n'atteindrait la fin qui lui a été assignée, qui est la proximité avec son seigneur. Toute notre vie doit être adoration.

Pour ce faire, que signifie « Ibadate »? Ce terme provient d'un autre terme arabe, à savoir « Abde », qui signifie, esclave, serviteur et esclave traduit l'idée d'un être qui est totalement soumis à son maître, qui ne discute pas ses ordres.

Avec l'Islam, cette soumission à l'humain a été transférée à celle de Dieu, c'est-à-dire maintenant il est question d'une soumission totale à Dieu et ce sans aucune réserve. C'est pourquoi, l'adorateur est celui qui dans chacune de ses actions est soumis aux commandements de Dieu, celui qui ne discute pas, qui ne tergiverse pas concernant les ordres divins. Rompre ce lien, c'est ne plus exister en tant qu'adorateur, en tant que croyant, c'est se diriger vers le néant. Pour ce faire, il suffit que le créateur décide de rompre ce lien pour que ma vie s'arrête. Autrement dit, ce lien existe tant que Dieu décide de le maintenir, dans le cas inverse c'est la mort. Comme le disait le philosophe Stoïcienne Epictète, il y a des choses qui dépendent de nous et il y en a d'autre qui ne dépendent pas de nous. Il se trouve que la vie ne dépend pas de nous mais du créateur. D'où le fait qu'a chacune de mes respirations, j'ai besoin de mon créateur. Sans son aide, c'est le néant. Par conséquent, dans chacune de mes actions, je dois me demander si je ne vais pas à l'encontre d'un quelconque commandement divin, si je ne transgresse pas ses lois.

Tout ce que nous avons développé jusqu'ici ne concerne que le concept d'adoration dans un sens général, étudions le à présent à travers une adoration particulière qui est celle de Namaze, la prière canonique obligatoire (PCO). Il est évident que la PCO est à accomplir jusqu'à notre dernier souffle. Elle n'émane pas d'une décision capricieuse de Dieu afin de nous porter préjudices ou tout simplement pour nous embêter. En réalité, elle a pour but de nous empêcher d'accomplir de mauvaises actions, de dévier du droit chemin.

Question: pourquoi, lorsqu'on jette un coup d'oeil à la réalité, la PCO ne joue t-elle plus son rôle de pare-feu contre les mauvaises actions? Dieu se serait-il trompé sur la fonction de la PCO? Cette hypothèse est bien évidement absurde et impossible puisque l'essence divine contient l'attribut de toute puissance. Seule solution possible, le problème réside en nous. Autrement dit, si nous n'obtenons pas les effets escomptés par l'accomplissement de la PCO, qui est l'éloignement des mauvaises actions, c'est que le problème réside en nous, il vient de notre manière de l'appliquer, notre incompréhension et notre ignorance concernant le sens de cette adoration. À partir de ce constat, il est nécessaire d'apporter des solutions.



1 next