La causerie du commandement du bien et l'interdiction du blâmable



Aujourd'hui, mon père disait : tu as peaufiné et appris une grande partie de ce dont tu as besoin comme règles légales.

Aujourd'hui, tu as su les règles de Dieu, compris Ses obligations et appris Ses interdictions.

Aujourd'hui, tu es au courant de ce que tu ne savais pas auparavant.

Il est temps pour toi de te rappeler le passé et sa dureté, le jour où tu as levé ta tête vers le ciel le cœur suintant de tristesse, de douleur, de perplexité, d'angoisse en criant :

Seigneur! Je sais que Tu m'as chargé d'une responsabilité mais j'ignore laquelle!

Comment pourrais-je savoir ce qui est licite afin que je puisse le faire et ce qui est illicite pour que je puisse l'éviter.

Il est grand temps pour toi de savoir que de nombreux jeunes de ton âge voire plus âgés et de ton niveau scolaire vivent le même malheur que celui que tu as traversé, souffrent comme tu as souffert, endurent comme tu l'as fait, leurs paupières brûlent comme c'était le cas pour les tiennes lorsque, en pleurant des larmes brûlantes, tu disais :

Ô Seigneur! Fait en sorte que les livres de jurisprudence m'indiquent, clairement, ce qu'ils veulent dire afin que je puisse accomplir ce que Tu dis.

Aujourd'hui tu as pu apprendre ce que tu as appris et savoir ce que tu as su...., il est temps pour toi de mettre en œuvre la parole de Dieu qu'Il soit exalté : «Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront» (Al-‘Imrân (la famille d'Imran), verset 104), tu dois donc inviter les gens au bien, ordonner le convenable et interdire le blâmable.

■Ordonner quoi, mon père?! Et interdire quoi?



1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 next