La causerie de l'impureté majeure (al-janâba)



Contrairement à son habitude, mon père arriva le premier à notre lieu de discussion. Il ne remarqua pas mon arrivée car il était pensif, méditatif, la tête penchée vers le sol, les yeux plongés dans les profondeurs de son cœur, comme s'il laissait à ses sentiments la liberté d'aller au-delà des murs de la chambre, des murs ornés de la blancheur immaculée des questions et par l'innocence du cœur d'un enfant.

Mais, dès qu'il m'avait aperçu, ses yeux retrouvèrent leur force belle et tranquille puis il me dit :

- Je commencerai la causerie par une introduction qui nous amènera au cœur du sujet du jour, la causerie de l'impureté majeure  (al-janâba). Il poursuivit :

- Je t'ai parlé dans «la causerie de l'impureté (al-najâsa)», des impuretés qui enlèvent à nos corps et aux choses leur pureté originale. Et dans «la causerie de la pureté (al-tahâra)», des purificateurs qui redonnent à nos corps et aux choses leur pureté violée.

Et si tu relies la liste des «impuretés»,tu constateras qu'elles sont toutes des éléments matériels qui surviennent sur le corps, ou se produisent par celui-ci ou par toute autre source.

Mais, il existe aussi des éléments abstraits qui s'ils surviennent, privent la personne de sa pureté ce qui l'oblige à recourir à ce qui est à même de lui redonner sa pureté volée et sa belle netteté perdue.

Ce hadath ou impureté légale est deux sortes : le grand et le petit.

Le grand hadath concerne : l'impureté majeure (al-janâba), les menstrues (al-hayd.), l'écoulement sanguin après l'accouchement (al-nifâs), la perte anormale de sang chez la femme (al-istihad.a), toucher un mort et la mort.

Le petit hadath englobe : l'urine, les excréments, la flatulence, le sommeil, la perte infime de sang chez la femme etc.

Le grand hadath se lave par les grandes ablutions (al-ghusl) ou s'essuie par la purification sèche (al-tayammum).



1 2 3 4 next