Les Rites du Pčlerinage de la Mecque (Manâsik al-Hajj)



 

D'aprčs les Fatwâ de Âyatollâh Sayyed Ali al-Sistânî

Traduit et édité par: Abbas Ahmad al-Bostani

Au Nom d'Allah,
Le Clément, Le Miséricordiex
Louanges ŕ Allah, Seigneur des Mondes.
Que la Paix soit sur Mohammad et sur les Gens Purifiés de sa Maison


L'Obligation du Hajj (Pčlerinage de la Mecque)

Le Hajj est obligatoire pour tout "mokallaf" (toute personne soumise aux obligations religieuses) remplissant les conditions énumérées ci-aprčs. Cette obligation est établie dans le Livre d'Allah et dans la Sunnah (les Traditions du Prophčte) d'une façon absolue.

Le Hajj est aussi l'un des piliers de la Religion. Son obligation fait partie des nécessités et sa négligence - en connaissance de cause - est un péché majeur. De plus, renier cette obligation elle-męme est une mécréance si ce reniement n'est pas fondé sur un doute.

Allah a dit dans Son Glorieux Livre (Le Coran):

ŤIl incombe aux gens de faire pour Allah le pčlerinage de la Maison, lorsqu'ils en ont les moyens. Quant au mécréant, qu'il sache qu'Allah est auto-suffisant par rapports aux mondesť (Sourate Ale `Imrâne, 3:97).

Selon al-Cheikh al-Kulaynî, citant une source digne de foi, l'Imam al-Çâdiq a dit: ŤQuiconque meurt sans accomplir le Pčlerinage de l'Islam, alors qu'il n'en est empęché ni par une nécessité ni par une maladie qui rendrait le pčlerinage insupportable pour lui ni par une autorité qui le lui interdit, qu'il meure en Juif ou en Chrétienť.

Il y a beaucoup d'autres Récits qui soulignent l'obligation du pčlerinage et la nécessité de s'en préoccuper. Nous avons omis de les citer par souci de bričveté, en estimant que le verset coranique et le Récit ci-dessus cités suffisent ŕ cet égard.

Et sachez qu'on n'est tenu de s'acquitter de ce pčlerinage obligatoire, dit le Pčlerinage de l'Islam(1), qu'une seule fois dans la vie, lorsqu'on en remplit les conditions requises.

Article 1

L'obligation du pčlerinage doit ętre acquitté aussitôt que les conditions requises sont remplies. Elle doit ętre acquittée donc au cours de l'année oů ces conditions sont remplies. Si toutefois le mokallaf omet de faire le pčlerinage pendant cette année, pour une raison ou pour une autre, il devra l'accomplir l'année suivante et, ŕ défaut, l'année d'aprčs.. et ainsi de suite .

Toutefois, on doit éviter d'ajourner l'acquittement de cette obligation, lorsqu'on n'est pas sűr et certain de pouvoir s'en acquitter ultérieurement, autrement on aura "osé" (motajarri')(2) , si l'on venait ŕ se trouver dans l'impossibilité de s'acquitter de sa dette (l'obligation du pčlerinage ajournée sans raison légale).



1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 next