Le récit succinct de la conversion spontanée dune jeune canadienne



Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux,

Le récit succinct de la conversion spontanée dune jeune canadienne

Je remercie Dieu d’avoir pu devenir Musulmane après toutes ces années de recherche de la Vérité. Je suis encore plus reconnaissante envers Allah de m’avoir fait connaître les Ahloul Bayt (s.a), et ainsi devenir chiite et découvrir l’Islam Originel.

Je suis née Musulmane (soumise à Allah), comme tout un chacun, parce que Allah a placé dans la nature humaine la soumission à Lui. J’ai été élevée en tant que chrétienne par ma famille adoptive. Enfant, j’allais tous les dimanches, à l’église avec mes parents et j’allais au catéchisme. Après le divorce de mes parents, ma mère et moi avons cessé d’aller à l’église parce que nous n’y avons pas été bien traitées, à cause du mariage raté de mes parents.

Adolescente, j’ai réalisé que j’avais besoin d’une relation plus forte avec Dieu et avec la religion, que je ne pouvais pas me contenter uniquement de mes prières personnelles et de la lecture de la Bible à la maison. Même si je ne croyais pas qu’avoir un intermédiaire (tel qu’un prêtre) dans la relation entre Dieu et les humains était absolument nécessaire, je voulais m’impliquer davantage dans une communauté religieuse.

Je suis retournée à l’église que je fréquentais étant enfant, grâce a mon amitié avec quelqu’un qui allait à cette même église. Après être devenue un membre actif de l’église, j’ai réalisé que celle-ci nous enseignait que Dieu était une entité triple (l’idée de la Trinité), que Jésus (a.s.) était le fils de Dieu, et que par le sacrifice du prophète Jésus sur la croix, nos péchés ont été pardonnés.

Je ne croyais pas du tout que Dieu pouvait être 3 différentes entités ou personnalités. Je croyais que Dieu était un Unique Pouvoir Essentiel qui avait de nombreux traits et qualités, comme ceux des humains, à l’exception qu’IL était Le Meilleur et avait les meilleures qualités et traits (comme par exemple : la patience, l’amour, le pardon).

De plus, je ne comprenais, ni ne croyais que le prophète Jésus (a.s.) soit le fils de Dieu au sens littéral. Je pouvais comprendre que, au figuré, le prophète Jésus pouvait être décrit comme étant le fils de Dieu, de la même façon que nous tous pouvions métaphoriquement être considérés comme étant les fils et les filles d’Allah, puisqu’il nous avait tous créés !

Le point de vue chrétien (qui m’a été enseigné à l’église) est que Dieu est descendu sur terre sous la forme humaine du prophète Jésus, pour mieux nous comprendre. Le prophète Jésus est mort sur la croix pour que le « péché originel » nous soit pardonné. De plus, tous nos péchés, peu importe leur gravité, nous seront pardonnés à condition que nous nous donnions totalement au prophète Jésus. Tous ceci n’avait aucun sens pour moi et me semblait ridicule.

Pendant mes études secondaires, je ne me rappelle pas avoir appris beaucoup de choses sur d’autres religions, à part le Christianisme. Malgré cela, je respectais les autres religions tant qu’elles avaient un sens pour moi et ne contredisaient pas ce que je savais être Vrai. A la fin de mes études secondaires, j’en suis arrivé à réaliser que ce que je croyais être vrai (d’après ma compréhension de la Bible) était en contradiction avec ce qui était prêché à l’église.

Plus tard pendant mes études au collège, j’ai appris un peu plus de choses concernant l’Islam et je devins de plus en plus intéressée à approfondir mes recherches pour la religion la plus véridique. J’ai continué mes activités caritatives à l’église, mais je n’allais plus aussi souvent aux sermons dominicaux. Je voulais en apprendre plus sur l’Islam, mais aussi sur le Judaïsme, car je savais qu’il y avait beaucoup de choses en commun entre ces deux religions et le Christianisme.



1 2 next