“Al-Jawâmi‘ al-Muta’akh-khirah



Leçon 15

“Al-Jawâmi‘ al-Muta’akh-khirah

(Les Recueils ultérieurs)

Al-Cheikh al-Tûcî rendit l’âme en l’an 460 H. alors qu’il était l’un des plus importants piliers de la Science de l’époque et constituait le trait d’union entre les précurseurs  et les savants ultérieurs de cette Science. Ses deux legs dans ce domaine : “al-Tah-thîb” et “al-Istibçâr” refermèrent la série de Recueils secondaires des Hadith chiites. Les Chiites se bornaient alors à se référer à ces ouvrages pour déduire les statuts légaux et expliquer les jugements divins. Des copies des Quatre Livres furent disponibles dans tous les pays habités par les uléma chiites. La science du Hadith connut un état de stagnation autour de ces livres pendant des siècles. Cet état continua jusqu’à l’époque des Trois Muhammads, au XIe siècle H. où trois notables de la Communauté chiite émergèrent. Ils portaient tous le prénom de Muhammad. Ce sont : al-Cheikh Muhammad Hassan al-Faydh al-Kachânî (décédé en 1091 H.), al-Cheikh Muhammad Ibn al-Hassan al-Hur al-‘Âmilî (décédé en 1141 H.) et al-Cheikh Muhammad Bâqir al-‘Allâmah al-Majlicî (décédé en 1111 H.). Ils ont écrit de très volumineux recueils et encyclopédies de Hadith, en l’occurrence et respectivement : “al-Wâfî”, “al-Wasâ’il” et “al-Bihâr”.

Pourquoi ce nouveau regain d’intérêt pour le Hadith ?

Les activités intellectuelles du chiisme ne s’étaient pas arrêtées entre le Ve et le XIe siècles H., malgré la stagnation qu’a connue la science du Hadith. En effet, pendant cette période, les ulémas ont écrit des ouvrages importants qui ont montré la profondeur,  l’originalité et la solidité des bases sur lesquelles sont fondées les règles du Chiisme.  Ainsi, al-Muhaqqiq al-Hillî (602-676 H.) composa “Charâ’i‘ al-Islâm”, al-‘Allâmah al-Hillî (648-726 H.) a écrit de nombreux ouvrages expliquant la jurisprudence chiite,  al-Chahîd al-Awwal (734-786 H.) a sorti “al-Lam‘ah al-Dimachqiyyah” et al-Chahîd al-Thânî (911-965 H.), “al-Rawdhah al-Bahiyyah”.

Au cours de cette période des livres de Hadith apparurent qui n’avaient pas été mentionnés dans les Recueils secondaires. Certains de ces livres avaient figuré dans les “Uçûl”, certains autres se sont avérés authentiques soit à la suite du témoignage de leurs auteurs, soit parce que des présomptions d’authenticité ont apparu qui n’ont laissé persister aucun doute quant à la véracité de leur source, soit parce qu’ils avaient été manuscrits par de grands savants qui l’avaient mentionnés à divers endroits de leurs ouvrages et qui ont attesté de l’authenticité de leur source, en plus du fait que leurs contenus correspondaient aux contenus des Hadith des corpus accrédités, soit parce qu’ils ont été transmis par une information unique accompagnée de présomptions d’authenticité, comme l’a signalé al-Hur al-‘Âmilî dans la conclusion de la Quatrième Utilité (al-Fâ’idah al-Rabi‘ah) de la Conclusions des Masâ’il.

De plus il faut signaler la parution pendant cette période, de l’ouvrage de Muhammad Amîn al-Istarabâdî, “al-Fawâ’id al-Madaniyyah” et sa diffusion en Irak et en Iran, conférant l’épithète ikhbârite aux uléma chiites. D’autre part, l’émergence de l’État safvide en Iran qui a ouvert la voie devant la pensée chiite pour développer les règles de sa doctrine, ainsi que d’autres facteurs divers ont conduit un certains nombre d’uléma à composer de nouveaux recueils de Hadith fondés sur les recueils de Hadith antérieurs en plus des Hadith obtenus d’autres livres et sources. Tout ceci déboucha sur la parution de grandes encyclopédies dites “Les Recueils ultérieurs” (al-Jawâmi‘ al-Muta’akh-khirah), dont les plus importants sont : “al-Wâfî” d’al-Faydh al-Kâchânî, “al-Wasâ’il” d’al-Hur al-‘Âmilî, “al-Bihâr”, d’al-‘Allâmah al-Majlicî, “al-‘Awâlim”, d’al-Bahrânî, “Jâmi‘ al-Akhbâr” de ‘Abdul-Latîf Ibn Abî Jâmi‘, “Jami‘ al-Ahkâm” de Sayyid ‘Abdullâh Chubbar (décédé en 1342 H.) Et “al-Mustadrak” d’al-Nûrî (décédé en 1320 H.).

Les caractéristiques des Recueils ultérieurs

On peut résumer les traits distinctifs comme suit :



1 2 next