La connaissance de Dieu



1. Le monde vu du point de vue de l'أھtre et de la rأ©alitأ©; la nأ©cessitأ© de l'existence de Dieu.

  La conscience et la perception, qui sont insأ©parable de l'أھtre mأھme de l'homme, rendent أ©vidente l'existence de Dieu aussi bien que celle du monde. Contrairement أ  ce qui expriment des doutes sur leur propre existence et des autres choses, considأ©rant le monde comme une illusion, nous savons qu'un أھtre humain quand il vient أ  l'existence, prend conscience de lui-mأھme et du monde. Il ne doute pas qu'il existe et que d'autres choses que lui existe. Tant que l'homme sera homme, cette conscience existera chez lui et ne pourra أھtre mise en doute, ni subir la moindre variation.

  La perception de cette rأ©alitأ© que l'homme affirme est immuable et ne peut أھtre niأ©e, malgrأ© les sophistes et les sceptiques. Les prأ©tentions du sophiste et du sceptique qui nient la rأ©alitأ©s, ne pourront jamais أھtre vraies, de part l'existence mأھme de l'homme. L'immense monde de l'existence possأ¨de donc une rأ©alitأ© permanente qui demeure en lui et le pأ©nأ¨tre, et qui se rأ©vأ¨le أ  l'intelligence. Pourtant, chaque phأ©nomأ¨ne de ce monde qui possأ¨de la rأ©alitأ© mأھme, en tant qu'أھtres humains conscients et douأ©s de perception, nous lui dأ©couvrons qu'il perd tأ´t ou tard cette rأ©alitأ©s et devient inexistant. De ce fait mأھme, il est أ©vident que le monde visible et ses parties ne sont pas l'essence de la rأ©alitأ©, laquelle ne peut jamais أھtre dأ©truite. Mais ils reposent sur une rأ©alitأ© permanente par laquelle ils acquiأ¨rent la rأ©alitأ© et passent أ  l'existence. Tant qu'ils lui sont reliأ©s et rattachأ©s, ils possأ¨dent l'existence et dأ¨s qu'ils  en sont sأ©parأ©s, ils sont anأ©antis (1). Nous appelons cette Rأ©alitأ© immuable et impأ©rissable, l'أٹtre Nأ©cessaire, Dieu.

2. L'Unicitأ© de Dieu.

Chaque rأ©alitأ© de ce monde que nous pouvons imaginer est une rأ©alitأ© limitأ©e, c'est-a dire une rأ©alitأ© dont l'actualisation dأ©pend de certaines causes et de certaines conditions nأ©cessaires. Si ces conditions ne sont pas rأ©unies, cette rأ©alitأ© ne peut exister dans le monde. Chaque rأ©alitأ© connaأ®t des limites au delأ  desquelles elle ne peut أ©tendre son existence. Seul Dieu est tel qu'il ne connaأ®t aucune limite, car Sa Rأ©alitأ© est absolue et Il existe dans Son Infinitأ© d'une maniأ¨re que nous ne pouvons concevoir. Son أٹtre n'est pas dأ©pendant et n'a besoin d'aucune cause ni condition.

il est clair que dans le cas de l'infini nous ne pouvons envisager la multiplicitأ©, car toute seconde rأ©alitأ© supposأ©e serait autre que la premiأ¨re il en rأ©sulterait que chacune de ces rأ©alitأ©s serait limitأ©e par l'autre. Par exemple, si nous considأ©rons un volume illimitأ©, nous ne pouvons concevoir un autre volume illimitأ© prأ¨s de lui. Et si nous supposons quand mأھme un autre volume, il serait tout simplement le mأھme que le premier. Par consأ©quent Dieu est  Un et n'a pas de partenaire.

Nous avons dأ©jأ  mentionnأ© l'histoire de ce bأ©douin qui s'approcha de 'Ali (a.s), lors de la آ«bataille du chameauآ», et lui demanda s'il affirmait que Dieu أ©tait Un. La rأ©ponse de 'Ali (a.s) fut la suivante: آ«Dire que Dieu est Un, comporte quatre sens, deux qui sont faux et deux qui sont corrects.

Quant aux sens faux, l'un consiste أ  dire-. آ«Dieu est Unآ» tout en pensant au nombre et calcul. Ce sens est faux car ce qui n'a pas de seconde ne peut entrer dans la catأ©gorie du nombre. Ne voyez-vous pas que ceux qui disent que Dieu est le troisiأ¨me d'une trinitأ© - c'est-أ -dire les Chrأ©tiens - tombent dans l'infidأ©litأ©? Un autre sens consiste أ  dire que telle chose est une de son genre, c'est-أ -dire une espأ¨ce de son genre ou un membre de cette espأ¨ce. Ce sens n'est pas correct non plus quand il est appliquأ© أ  Dieu, car il implique le rapprochement de quelque chose أ  Dieu, or Dieu est au-dessus de toute ressemblance.

Quant aux deux significations exactes, lorsqu'on les applique أ  Dieu, l'une consiste أ  dire que Dieu est unique, en ce sens que rien ne Lui ressemble parmi les choses; Dieu possأ¨de une telle unicitأ©. Et l'autre consiste أ  dire que Dieu est un en ces sens qu'aucune multiplicitأ© ou division n'est concevable en Lui, ni أ  l'extأ©rieur, dans l'esprit ou dans l'imagination. Dieu possأ¨de une telle unitأ©آ». (Bihar al- anwar II,65)

Ali a dit aussi: آ«Connaأ®tre Dieu, c'est connaأ®tre Son Unitأ©آ» (Bihar al- anwar II, 186). Cela signifie que prouver que l'أھtre de Dieu est illimitأ© et infini suffit أ  dأ©montrer Son Unicitأ©, car concevoir un second pour l'infini est impossible. Il n'y a donc pas lieu de recourir أ  d'autres preuves, bien que celles-ci existent en grand nombre.

3) - L 'essence divine et ses qualitأ©s (Sifأ¢t).



1 2 3 4 next