L’impact de la connaissance de Dieu sur l'homme



La connaissance réelle de Dieu exerce une influence multiple dans l’existence de l’homme. Cette influence se perçoit dans les domaines suivants :

Dans la psychologie et le comportement des hommes

La science a donné une actualité aux potentialités naturelles de l’être humain, leur a conféré une direction et un sens et a mis en mouvement leurs capacités innées endormies. Sur cette même base, la connaissance de l’Essence (1) , des Noms et Qualités ainsi que des Actes de Dieu joue un rôle déterminant dans l’activation de ces potentialités naturelles qui sont en relation avec Dieu, et aussi dans l’apparition d’états spirituels spéciaux dans la psychologie de l’homme. Et par cet intermédiaire, quand les conditions externes sont réunies, elle influe aussi sur le comportement individuel. De façon générale, ces états et ces sentiments présentent une fonction cognitive. Leur réalité relève d’ailleurs de l’ordre de la cognition et ils sont causés par la connaissance ou l’ignorance de l’homme. C’est la raison pour laquelle le Noble Coran réserve la crainte véritable de Dieu, à ceux et celles qui ont une connaissance et une science de Lui. « Seuls craignent Dieu, parmi Ses adorateurs, ceux qui connaissent » (Sourate Fâtir (Le Créateur) ; 35 : 28). L’Imâm 'Alî (as) a dit : « L’homme est l’ennemi de ce qu’il ignore ».

Il a également été rapporté de l’Imâm Impeccable (as) :

« Celui qui connaît Dieu le plus, craint Dieu le plus » (2)

N’omettons pas de dire que l’impact de la connaissance sur l’apparition d’états spécifiques est dépendant de la réunion d’un ensemble de conditions. On ne peut pas nier que la connaissance soit la cause de l’apparition d’états comme la peur, l’espoir ou la tristesse. Même lorsque cette peur se révèle être une peur dénuée de fondement, lorsqu’elle est causée par une corde que nous prenons un instant pour un serpent, par exemple.

A ce sujet, le Coran distingue deux catégories d’hommes : ceux qui sont dotés d’un cœur tendre ; ils reçoivent un effet de leur connaissance et de leur croyance. Pour cette raison, la crainte révérencielle et la peur du châtiment divin s’installent dans leur cœur, et leur comportement connaît une transformation dans le même sens. La connaissance agit directement sur leur comportement. Leur savoir leur est utile.

Le deuxième groupe est celui des hommes ayant un cœur dur comme la pierre. Ils sont atteints par la maladie de la dureté du cœur : ils ne subissent pas aisément l’influence de la connaissance et du savoir. Le cœur tendre se brise facilement et laisse échapper une source qui jaillit telle une fontaine et la limpidité des larmes en ruissellent. Le Coran rapporte avec éloge l’instant émouvant où des hommes se sont présentés devant le Prophète (s) pour lui demander de les équiper en montures afin de pouvoir participer au combat sacré, et qui ont pleuré à chaudes larmes quand ils apprirent qu’il ne restait plus une seule monture (cheval ou dromadaire) disponible.

« Non plus qu’à ceux qui vinrent te trouver pour que tu leur fournisses une monture ; tu leur dis : " Je ne trouve pas de quoi vous monter " ; ils s’en retournèrent les yeux débordants de larmes, bien tristes de ne pouvoir y subvenir. »

(Sourate Al-Tawba (Le Repentir) ou Barâ’a (Le Désaveu) ; 9 : 92)



1 2 3 4 5 6 7 8 9 next