Pourquoi les Chiites n’effectuent pas les tarawih en congrégation?



Et de la nuit consacre une partie [avant l'aube] pour des Salat surérogatoires : afin que ton Seigneur te ressuscite en une position de gloire. (17:79).

Concernant le mois de Ramadhan, le Prophète (saww) a dit:

« Celui qui par foi sincère et dans l'espoir d'une récompense divine accomplit une prière nocturne en ramadan -tarawih- verra tous ses péchés antérieurs pardonnés ». (Sahih Boukhari, vol. 3, livre 22 -226).

Généralement, les sunnites considèrent être une sounna le fait de prier les tarawihs en congregation Durant le mois bénir de Ramadhan.

Pour les chiites, bien que ces prières recommandées -nawafil- soient hautement méritoires, les prier en congregation est prohibé (n’est pas permis). En cela, les chiites se conforment à l’exemple du Saint Prophète (saww).

Nos frère et sœurs sunnites effectuent chaque soir du mois béni de Ramadhan le Tarawih en congrégation. Ils effectuent la prière et récitent le Saint Coran. Qu’Allah (swt) les récompense pour leur intention sincère et leurs actions. Malgré tout, le mot « tarawih » n’a jamais été utilisé par le Saint Coran ou bien le Saint Prophète (saww) pour décrire les prières additionnelles (surérogatoires) effectuées durant les nuits du mois béni de Ramadhan. C’est un terme et un concept développé bien plus tard au sein de la communauté islamique. Sur le plan linguistique, le mot « tarawih » est le pluriel du mot « tarawiha » qui correspond à la période d’arrêt ou de pause ou d’attente entre chaque groupe de quatre unités (quatre rakats) de prière. Plus tard, la totalité des prières en congrégation durant les nuits du mois béni de Ramadhan furent appelé par ce terme (« tarawih »).

 

Origine du “tarawih” comme prière en congrégation

C'est un fait établi que les “tarawihs » en tant que prières collectives du mois béni de Ramadhan doivent leur existence au second calife Omar ibn al Khattab.

 



1 2 3 4 next