La culture du dialogue dans le rejet du sectarisme



La question des religions et des sectes à travers l'histoire a joué un rôle primordial et décisif dans l'édification de collectivités humaines et leur intégration.

Introduction
La question des religions et des sectes à travers l'histoire a joué un rôle primordial et décisif dans l'édification de collectivités humaines et leur intégration. Les racines du désir de l’homme et sa tendance à adorer le Créateur reviennent à l’innéisme inhérent à la nature de cet être, qui lui valait d'être digne de la croyance divine donnée par le créateur aux fils d'Adam lui offrant une législation divine qui présente à l'homme tous les éléments de la vie sublime et idéale.
Les épisodes de la prophétie s'étaient poursuivis dans le temps, et les prophètes vinrent l'un après l'autre, suivant la maturation de l'humanité, jusqu'à ce qu'Allah (le Tout puissant) ait envoyé, Son Prophète al-Mustafa (psl) comme l'ultime des prophètes, et a légiféré l'Islam, comme étant l'essence de toutes les religions et des lois antécédentes.
La plupart des religions et des législations divines ont rencontré de grands défis durant l’histoire, sous chacune d’elles se sont crées des groupes et des doctrines différents, si bien des dogmes et des sectes se sont trouvés avec la diversité des doctrines et des religions. En effet, un état de pluralisme religieux et confessionnel a vu le jour. La théorie de connaissances dans les deux domaines de la religion et de la confession renvoie à ce que les religions et les sectes, malgré leur diversité, guident leurs adeptes à un seul but, et suivent des directions différentes les unes des autres pour atteindre un seul objectif.
Bien sûr, ce pluralisme ne s'isole pas de certains espaces communs et dispersés en même temps entre les lectures multiples et de la jurisprudence variées au sein de la même religion, ou ce qu'on appelle les sectes, quant à mettre l'accent sur les facteurs communs et les points d'accord, cela conduit à combler le fossé entre ces doctrines et à réaliser ainsi l'unité, en revanche, mettre l'accent sur les différences produit la divergence, la dissonance, et par suite la division et la rivalité.
Ici vient le rôle de la Oummah islamique pour trancher sa situation et choisir entre ces deux pistes opposées, poursuivant un style qui va dans un des deux sens, si elle a choisi l'approche de l'extrémisme, du fanatisme et du sectarisme haineux, ses préceptes se sépareraient , son statut se disperserait et ses forces s'écrouleraient, et si elle s'est axée sur les points d'entente commune, a rapproché ses point de vue et s'est harmonisée, elle réunirait ses composantes, unirait son entité et commencerait à restaurer ses anciennes gloires.
Il ne fait aucun doute que le dialogue intégral et commun entre les adeptes des écoles islamiques, en particulier au niveau des scientifiques, des chercheurs et des intellectuels est la solution logique et saine qui rapprocherait les sectes islamiques et apporterait l'harmonie islamique pour assurer l'accès à l'unité islamique globale.
Le dialogue et sa place dans les sociétés humaines
Tout au long de la période pendant laquelle l'histoire de l'humanité est passée, le dialogue a joué un rôle clé dans la vie humaine, l'homme, par nature, tend au dialogue, à la discussion et au débat, et ainsi il a bien bénéficié de cette propriété dans tous les domaines. L'importance du dialogue dans les sociétés humaines se manifeste et se base sur les deux introductions suivantes:
1- L'origine innée de la pensée:
Allah (que Son nom soit loué) a accordé à l'homme des grâces innombrables, et le plus important de ces grâces est celle de l'esprit et de la capacité de penser, Allah (le Tout puissant) a créé l'homme avec une intuition liée à cette capacité, ce qui lui a octroyé une force rationnelle qui le distingue du reste de la faune.
2- L'origine innée de la parole :
Et comme Allah (Le Tout puissant) créa l'homme avec un naturel liée à la capacité de penser, Il le créa avec la prédisposition innée de parler et lui octroya la langue comme un outil avec lequel il parle et argumente avec ses congénères, la capacité de parler et la déclaration existent dans la nature humaine, Il (Le Tout puissant) dit dans le Coran: {Il a créé l'homme. Il lui a appris à s'exprimer clairement} (1).
En incluant ces deux présentations, il est clair que le rôle du dialogue, en raison de son importance dans l'échange des idées, de l'utilisation des informations et de socialisation, conduit ainsi au développement communautaire et l'intégration à tous les niveaux de la recherche scientifique, intellectuelle et culturelle etc.
Le rôle du dialogue dans le développement des relations culturelles:
1- Le dialogue comme un mécanisme pour l'échange culturel:
Le dialogue est considéré comme un facteur important dans l'échange des idées et des visions dans les sociétés humaines, les idées trouvent dans le dialogue suffisamment de place pour leur éclaircissement et leur manifestation, et se transmettent par ce moyen aux autres. L'importance de cette question apparaît, en particulier dans le cas d'une confrontation entre les communautés humaines d'idées et de cultures diverses, ou celles qui ont des visions mondiales ou des croyances religieuses variées et différentes les unes des autres, alors viendra le rôle actif du dialogue comme moyen d'échanger des points de vue et de partager des informations et des expériences, ce qu'on appelle l'échange socioculturel.
En d'autres termes, pour que les sociétés humaines se connaissent les unes les autres, et s’évitent la confrontation, elles doivent communiquer culturellement et religieusement, et en vue d'atteindre cet objectif, il leur est inévitable de se soumettre à la logique du dialogue.

2- Un dialogue constructif produit le juste milieu des médiateurs et de la modération:
Le dialogue, qui serait produit dans la bonne direction et dans la bonne visée loin des questions marginales, relève le niveau moral et éthique de l'être humain et illumine la voie du juste milieu, de la modération et de la coexistence pacifique. Allah (Le Tout-Puissant) dit: {Annonce la bonne nouvelle à Mes serviteurs, qui prêtent l'oreille à la parole puis suivent ce qu'elle contient de meilleur.} (2)

Et scientifiquement, le dialogue est un moyen de compréhension mutuelle au niveau des individus et des communautés, selon les règles de la psychologie, le dialogue a un rôle majeur dans le cœur de l'harmonie et l'affection entre les interlocuteurs, en plus de son grand effet sur l'adoption d'un comportement rationnel et équilibré. "Barnett Kincaid» et autres experts dans la sociologie croient que la poursuite des rapports sociaux et de l'échange d'informations produit un état de réflexion collective harmonieuse et modérée dans les sociétés humaines (3).
L'importance du dialogue inter-religieux dans le rejet de la différence
a. Le concept de dialogue interreligieux :
Le dialogue, qui est effectué sur un plan religieux, devrait inclure plusieurs piliers, et le Coran sacré nous a présenté ces piliers merveilleusement où Il dit : {Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. Car c'est ton Seigneur qui connaît le mieux celui qui s'égare de Son sentier et c'est Lui qui connaît le mieux ceux qui sont bien guidés.} (4).
Selon ce qui est dit dans les livres d'interprétations, ce verset contient trois points essentiels qui doivent être observés par le biais d'un dialogue doctrinal : «la sagesse», «le conseil» et «l'argument», et certains commentateurs voient que les mots (Par la sagesse appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur), sont liés au raisonnement et aux preuves mentales ; et les mots (et la bonne exhortation) insiste sur le traitement avec affection et finesse avec des gens qui ne comprennent pas le concept de la logique et du raisonnement ; et les mots (Et discute avec eux de la meilleure façon) se rapporte à ceux qui ont rempli leurs pensées par des questions erronées si bien qu'il faut commencer à travailler pour enlever ces idées afin de préparer leurs esprits à la capitulation à la raison.
Dans un autre verset : {Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre sauf ceux qui sont injustes}. (5) c'est-à-dire, ne discutez pas avec eux qu'avec les meilleures façons qui mènent à la reconnaissance et à la conviction dans la vérité, et ici peut-être cela veut dire la meilleure des façons et des moyens en termes de raisonnement et de preuve, ou la meilleure du côté de la compatibilité avec la nature humaine comme indiqué dans le verset, s'adressant (le Tout puissant) à Moïse et à Aaron: {Puis parlez-lui gentiment. Peut-être se rappellera-t-il ou me craindra-t-il}. (6), ou les deux côtés doivent-être visés ensemble. (7)
Il y a aussi d'autres versets dans le contexte de ce verset : {Et dis à Mes serviteurs d'exprimer les meilleures paroles} (8), et Sa parole (Le Tout puissant) {d'avoir de bonnes paroles avec les gens} (9).
L'essentiel de ce discours : il y a de nombreux versets du Coran qui insistent sur la nécessité de tenir un bon dialogue sain et constructif dans le traitement des musulmans avec les autres religions et les autres cultures.
b. Les types de dialogues cités dans le sacré Coran
Le concept du dialogue est cité dans le sacré Coran à travers de nombreux sujets et dans le cadre de trois principes : "la parole" qui est répété dans 527 endroits, "le dialogue" cité dans trois lieux et "la discussion" répété 29 fois.
D'un autre côté, les discussions sont citées dans le dans le Coran sacré sous des formes et d'aspects divers, et elles sont ainsi :
1- Les discussions divines, et elles renferment:
a. Les discussions divines avec les anges.
b. Les discussions divines avec les prophètes.
c. Les discussions divines avec les croyants.

2- Les discussions humaines, et elles renferment :
a. Le dialogue des humains avec Allah (Le Tout puissant) et il est en deux sortes :
- le dialogue des prophètes avec Allah (Le Tout puissant).
- le dialogue des serviteurs avec Allah (Le Tout puissant).
b. Le dialogue d'un humain avec un autre humain, et il est aussi sous deux formes:
- Le dialogue des prophètes avec les gens.
- Le dialogue des gens entre eux-mêmes.
Et le dernier visé est dans les discussions religieuses, sectaires et culturelles.

3- Le dialogue des autres créatures et il renferme :
a. Le dialogue entre les prophètes et les créatures.
b. Le dialogue des créatures entre elles-mêmes.
Toutes ces discussions se sont produites directement ou indirectement entre deux ou plusieurs interlocuteurs. Et ici, il faut mentionner plusieurs points importants quant au regard religieux par rapport au sujet du dialogue :
a- La nécessité du dialogue et son importance dans les diverses sociétés.
b- Le statut du dialogue et son rôle actif et influent dans le transfert des idées, des intentions, des concepts et des points de vue.
c- La possibilité de bénéficier des divers types de dialogue correspondant avec chacun des cas.
Vu la possibilité du grand intérêt du mécanisme du dialogue dans les domaines religieux et sectaires, il est possible d'investir ce mécanisme afin d'obtenir les plus hauts degrés de réussite et d'atteindre des objectifs d'une très grande importance surtout en ce qui concerne le dialogue au niveau des sectes islamiques ; l'engagement de la nation dans le dialogue, dans l'entente et l'échange de points de vue est à même d'éradiquer toutes les traces des différends et les antécédentes accumulations et ainsi l'épanouissement dans les horizons de la proximité islamique intégrale à travers le rapprochement entre les communautés islamiques.

d- les bases et les normes du dialogue religieux :
Nous avons déjà mentionné cette grande influence de la méthode du dialogue dans le domaine religieux, et la question qui se pose ici est : comment profiter de cette méthode afin de réaliser l'union ? Quelles sont les normes du dialogue souhaité ? Il est évident que tout dialogue religieux rapprochant ne pourrait pas fructifier les conséquences souhaitées.
En réalité, le dialogue religieux doit se bâtir sur des bases et des normes spécifiées afin d'aboutir à la conséquence opportune pour limiter l'élargissement du fossé des différends et éradiquer toutes les situations de fanatisme et d'extrémisme.
Le dialogue religieux se base sur les fondements et les règles suivants :

1- Les espaces de dialogue :
a. La nécessité du dialogue en toutes circonstances :
Nous avons évoqué cette question avant, et avons dit que le dialogue est l'un des moyens les plus efficaces pour se débarrasser de tous les problèmes et les dilemmes et ceci dans toutes les situations et les circonstances. Il semble d'après les Versets du Coran sacré que les prophètes et les apôtres appelaient leur peuple à dialoguer avec ce qu'ils ont de croyances.
{-Dis : "Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous} (10)

b. Nécessité de mettre les axes du dialogue :
Là, il faut que les deux parties mettent les axes principaux autour desquels le dialogue va tourner, sinon, elles pénètreraient dans un dédale et le dialogue n'aurait rien produit mais, au contraire il accentuerait cette différence.
c. L'engagement des Parties aux bases rationnelles connues nécessairement:
On ne peut pas obtenir de résultat du dialogue en recourant à la ténacité et la négation des choses évidentes. Le Tout-Puissant dit : {Et quand on leur dit : "Suivez ce que Allah a fait descendre, ils disent :"Non, mais nous suivrons les coutumes de nos ancêtres" –Quoi ! et si leurs ancêtres n'avaient rien raisonné et s'ils n'avaient pas été dans la bonne direction ?} (11)

2- Les impératifs du dialogue:
a – La spécialisation dans le sujet du dialogue et l'égalité au niveau scientifique et cognitif :

Il est essentiel que les deux parties aient la spécialisation appropriée dans le sujet du dialogue, et d'être au même niveau des sciences cognitives, car si l'une ou les deux parties n'ont pas les informations requises et la spécialisation nécessaire dans le thème du dialogue, alors celui-ci n’aurait pas de fruit. Allah le Tout-Puissant dit : {Vous avez bel et bien disputé à propos d'une chose dont vous avez connaissance. Mais pourquoi disputez-vous des choses dont vous n'avez pas connaissance ? Or Allah sait, tandis que vous ne savez pas.} (12)

b- La neutralité et le respect de l'équité :
Il n'est guère un secret que le dialogue devrait se dérouler dans un climat de confiance mutuelle et qui tient compte de la neutralité et l'équité. S'adressant au Prophète (PSL) Mohammad, le Tout puissant dit : (Dis leur :"Apportez donc un Livre qui soit meilleur guide que ces deux-là, et je le suivrai si vous êtes véridiques".) (13), - C'est-à-dire, la Torah et le Coran sacré - et, dans ce contexte, le Coran confirme également l'importance de suivre la meilleure des paroles, Il dit (Que Son nom soit loué) : (Annonce la bonne nouvelle à Mes serviteurs, qui prêtent l'oreille à la parole, puis suivent ce qu'elle contient de meilleur.) (14)

3 - Les normes du dialogue:
a - Tenir compte de l'éthique du dialogue :
Il est inévitable que le dialogue tienne compte des cadres et des normes de l'éthique, le respect mutuel et de ne pas provoquer les sensibilités, et l'évitement de la violence et les menaces, le blasphème et ainsi de suite, le respect des valeurs et des critères moraux dans le dialogue, en plus d'être tirés des enseignements et valeurs islamiques, ils ont de nombreux effets et de résultats spirituels et émotionnels, dont renforcer la confiance et la convergence des cœurs et leur convivialité ; d'un autre côté, le recours à la violence, aux insultes, aux menaces, et à d'autres choses contraires aux principes orthodoxes de la juste légalité a de nombreux impacts négatifs et destructeurs dont le moins grave est le manque de confiance et l'approfondissement de la haine entre les deux parties et l'effondrement de la moralité du dialogue. Il (Le Tout puissant) dit : (Et n'injuriez pas ceux qu'ils invoquent en dehors d'Allah car par agressivité, ils injurieraient Allah, dans leur ignorance.) (15)
b – La nécessité du dialogue dans un climat scientifique loin des émotions, de la subjectivité, des impressions et des préjugés :
Il est important que les deux parties exercent le dialogue sous l'égide des cadres scientifiques et de la recherche et évitent les questions marginales basées sur des sentiments ou des impressions préalables ; l'important dans le dialogue est le raisonnement correct, et l'argument persuasif marquant la crédibilité : (... Dis : Apportez votre preuve, si vous êtes véridiques !) (16), et de rester loin des débats et des discussions, et convertir le dialogue à un but en lui-même non pas parce que c'est une façon de comprendre et de faire comprendre (... Ce n'est que par polémique qu'ils te le citent comme exemple. Ce sont plutôt des gens chicaneurs.) (17)

c - Prévoir un espace pour de nouvelles thèses intellectuelles :
L'Islam attache une grande importance à la créativité intellectuelle et scientifique et défend vigoureusement la liberté de la pensée et son renouvellement pour assurer l'éloignement des modèles prêts de l'intellectuel et du salafisme basés sur le clonage des versions du passé comme elles sont sans développement ou sans prise de conscience des conditions afin de changer les circonstances.

4 - Méthode de dialogue:
a - Ecouter l'opinion de l'autre :
Il faut que chacune des parties du dialogue écoute les points de vue de l'autre :
{Annonce la bonne nouvelle à Mes serviteurs, qui prêtent l'oreille à la parole…} (Les Groupes – 39, verset 17, 18)
b – Suivre les meilleures méthodes de dialogue :
Le Coran définit les conditions de fondation appropriées pour la réussite du dialogue et l'accès à ses fins : {Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon}. (Les Abeilles – 16, verset 125), {Et dis à Mes serviteurs d'exprimer les meilleures paroles (Al-'Isra' – 17, verset 53)

c - La nécessité d’un raisonnement intellectuel et logique :
Nous avons évoqué ce point déjà, et nous avons montré que le dialogue a ses érudits spécialisés et ses experts en lui et dans ses thèmes, nous ajoutons ici que les questions scientifiques mises sur la table de dialogue doivent être basées sur les indices et les preuves intellectuelles et logiques ainsi que sur l'habilité : {Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur.} (Les Abeilles – 16, verset 125).

d- Donner aux enquêtes rationnelles des effets psychologiques :
Ceci est fait par la parole poussant à l'affection et l'harmonie entre les cœurs, ce qui conduit à la plus grande assurance et à la confiance entre les parties du dialogue,
et c'est ce qui est exprimée dans le sacré Coran comme "bons conseils", et on a déjà dit que cette approche d'ordre psychologique pourraient affecter, si l'autre partie n'a pas compris la logique du raisonnement et de la preuve, et l'utilisation de l'argument.

e- Le besoin d'identifier les aires communes et d'en tirer parti :
Parmi les premiers objectifs du dialogue est que les parties reconnaissent les points consentis et les espaces conflictuels, alors les interlocuteurs doivent prendre cette direction comme un prélude à poursuivre le dialogue, et des modèles qui peuvent être assimilés dans ce contexte, Sa parole (Le Tout puissant): (Dis : Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous, que nous n'adorions qu'Allah ...), (La Famille d'Imran – 3, verset 64). L'insistance dans le verset sur le mot ou le point commun et les bonnes vérités représente un signe de l'importance de cette question considérée comme un axe majeur pour approfondir les étapes ultérieures du dialogue et atteindre ses objectifs.
Il parait, de ce qui précède, que le dialogue en fonction de la vision islamique comprend les fonctionnalités et les caractéristiques suivantes :
- Le fait qu'il est l'une des méthodes les plus importantes par laquelle on peut faire face à la déchirure et à l'effondrement sociaux.
- L'homme est par nature enclin au dialogue.
- Le dialogue, dans la sphère religieuse, possède une identité de rapprochement et d'unité.
- L'axe commun du dialogue religieux est d'éliminer les phénomènes de division et de différence.

L'émergence des écoles de pensée islamique (confessions) remonte à la période qui a suivi la mort du Grand Prophète (PSL).

La nation entre le sectarisme et le confessionnalisme et la culture du dialogue

1 – le confessionnalisme : la provenance et les fruits :

L'émergence des écoles de pensée islamique (confessions) remonte à la période qui a suivi la mort du Grand Prophète (PSL). Comme les musulmans, pendant la vie du Prophète (PSL), recevaient les lois juridiques et les concepts islamiques de Lui (PSL) directement, il n'y avait pas besoin d'interprétation, comme c'est évident, mais après Son départ (PSL), un besoin urgent en matière d'interprétation évidemment a vu le jour pour répondre aux exigences élaborées après l'expansion des besoins et le grand nombre d'incidents ainsi que l'émergence de nouveaux concepts et de nouveaux problèmes. Le besoin d'interprétation et de déduction s'est accru durant l'ère des adeptes.
Au fil du temps, et vu la différence des lectures, de la multiplicité des voies et des sources, du contraste des visions et des attentions par rapport aux principes de la charia et à ses fins, apparurent les premières caractéristiques de l'émergence des sectes islamiques, et certains intellectuels ont vu que "Le monde islamique a connu depuis le début du deuxième siècle jusqu'au milieu du quatrième 138 écoles et confessions doctrinales, de sorte que de nombreux pays avait chacun sa propre secte". (18)
La multiplicité des sectes en plus d'être une condition normale et attendue, comme noté ci-dessus de la variation des déductions individuelles et de la différence des points de vue pour comprendre les buts de la charia, elle constitue une richesse de la civilisation islamique, et est considérée comme un élément positif actif dans la prospérité de la communauté musulmane et son intégration sur toutes les pistes intellectuelles, scientifiques, culturelles, sociales, tant que sous le toit de l'unique charia islamique.

2 - Le sectarisme, ses causes et ses effets :
Le mouvement sectaire a poursuivi son chemin dans la bonne direction en général, un laps de temps, et a fait de grands progrès à travers lesquels il a réalisé des résultats positifs tangibles qui ont contribué à l'enrichissement de la pensée islamique civilisée, mais il a viré plus tard de la bonne voie, et à ce sain phénomène naturel s'est substitué un phénomène négatif, et le sectarisme louable a tourné en confessionnalisme répugnant. La nation islamique a témoigné des périodes terribles durant lesquelles ont été exercés de différents types d’apostasie, de débauche et d'hérésie ce qui a conduit à de violentes disputes et d'horribles catastrophes qui ont laissé des effets destructifs sur la nation islamique dans son ensemble.
De nombreuses études confirment qu'il y a beaucoup de facteurs qui ont contribué à dériver les tendances sectaires vers la confession doctrinale. Nous notons ici quelques-uns de ces facteurs :
1 - l'ignorance qui est le fléau des ravageurs.
2 – le fanatisme aveugle.
3 - les ambitions politiques des dirigeants révisionnistes.
4 - les étroits intérêts personnels de certains opportunistes.
5- l’Ijtihad par certaines personnes non aptes à la diligence de cette lourde responsabilité.
6- les ennemis de l'islam en dehors du monde islamique.(19).

Types de différence:

La différence entre les adeptes d'une religion sont deux types : louable et blâmable.
a – La différence louable :
C'est la différence dans les sous-questions religieuses et quelques questions de la foi qui n'affectent pas les provenances doctrinales, en partie causée par la diversité des sources de jurisprudence et des édifices scientifiques. Ce type de différence est la différence louable dans la diversité.

Sayyed Abdul Hussain Sharaf al-Din dit : «La différence qui se trouve entre deux juristes de la même doctrine revient à la manière d'extrapolations des sources, et cela s'applique à la différence entre les adeptes des sectes dont les uns ne peuvent pas abroger les interprétations des autres adeptes de ce secte ou d'autres sectes."

b – la différence blâmable :
Cela est dû à plusieurs causes dont les plus importantes : le fanatisme pour les personnes ou pour les sectes, et la précipitation à accuser les autres sans preuve, les accuser de débauche et d'athéisme en plus de certains autres facteurs détaillés.
Cette différence est ce qui conduit finalement au sectarisme.
Mortada Motahhari dit à cet égard : «Une des raisons de l'établissement de la civilisation islamique est l'état de tolérance qui gouverne les relations des musulmans avec les adeptes d'autres religions, ainsi que les uns avec les autres, malgré les idées et d'horizons différents, et contrairement, nous voyons aujourd'hui un climat plein d'idées étroites et limitées qui met tous les gens en tort et les accuse d'apostasie et de débauche.... Le Coran sacré dit à propos de la différence : «C'est pour cela il les a créés.» (Houd – 11, verset 119). Le Prophète (PSL) dit : «Les différences au sein de ma communauté est une miséricorde." Les conséquences les plus dévastatrices de ces idées étroites qui mènent à la critique, au blasphème et à la débauche, sont la différence et la dispersion des forces et des énergies. "(20)

Le rôle du dialogue dans le rejet de la dispersion et de la différence :

Le dialogue a un rôle essentiel et actif pour amener la vie sociale et culturelle, en revanche, les communautés éloignées du monde de dialogue et de la création de relations mutuelles, s’acheminent dans une direction qui mène à la division, à la dispersion, et aux perturbations d'ordre social. Avec l'absence du dialogue, s'installe la divergence au sein de la même société ou entre les sociétés diverses ce qui engendre une situation de peur et de suspicion entre les groupes et entre les individus et crée une atmosphère turbulente et une source de comportement déséquilibré, et avec la permanence de cette situation, les cas de litiges et la mésentente apparaissent dans les domaines social et culturel, qui à leur tour conduisent, en fin de compte, à la différence puis à la dispersion et ainsi la ruine affecte tous.


En fait, beaucoup de querelles et de débats culturels et religieux ne se passent qu'à travers cette manière d'agir qui est interdite fortement et fermement dans les textes islamiques. Allah (Le Tout-Puissant dit) : {Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre.} (21), et dans un autre verset coranique :{"Nos dieux sont-ils meilleurs, ou bien lui ?" Ce n'est que par polémique qu'ils te le citent comme exemple. Ce sont plutôt des gens chicaniers.} (22).

Graphique de la forme de différence :

La désunion
La différence
……La répulsion
…….......La rupture …………
…....L'effondrement général…….


Le dialogue en tant qu'un mécanisme efficace pour rapprocher les sectes islamique :
Le dialogue est considéré comme un moyen de rapprochement, de la réunification et de cohésion, et nous croyons que cette question est l'un des buts de la culture du dialogue dans les textes islamiques.
En fait, le dialogue doit être le but d'échanger des idées et des perspectives, ce qui aboutit, dans un stade ultérieur, à la compréhension mutuelle entre les parties en fonction des zones de terrains d'entente. Et sous la forme d'un dialogue continu, la compréhension en question est une incitation à l'harmonie, qui, à son tour, engendre la convergence des perspectives et des idées, et par suite, réalise ainsi la réelle unité pratique.

On convient de nommer l'ensemble de ces étapes successives: le modèle de la culture du rapprochement.
On peut appliquer ce modèle à la question de la convergence entre les sectes islamiques par la déclaration suivante:
Tout d'abord, le dialogue se fait entre tous les disciples des sectes islamiques dans le but d'atteindre et désigner les espaces communs entre les doctrines ; et dans une phase ultérieure, et sous la forme d'un dialogue et de communication continus, cela se traduit par une compréhension mutuelle et un consensus sur un ensemble de
règles et de bases sous-jacentes qui engendrent à leur tour la création de l'harmonie dans le monde musulman, puis la convergence entre les sectes islamiques, et enfin l'unité islamique globale.

Graphique de la forme du rapprochement :
L'union
…Le rapprochement …
……………L'harmonie ……………
……….....La compréhension ……………
…………………....Le dialogue ………………………..
par: Laleh EFTEKHARI
Députée au Parlement Islamique de l'Iran – Shura

Bibliographie

1- Le Tout Miséricordieux – 55, versets 3 et 4.
2- (Les Groupes – 39, verset 17, 18).
3- (Cultural convergence, Barnet. GA and Kincaid, 175).
4- (Les Abeilles – 16, verset 125).
5- - (L'araignée – 29, verset 46).
6- - (Ta-Ha – 20, verset 44).
7- - "Majma' al-Bayan" ,Tabarsi, volume 8, page : 450.
8- - (Al-'Isra' – 17, verset 53).
9- - (La Vache – 2, verset 83).
10- (La Famille d'Imran – 3, verset 64).
11- (La Vache – 2, verset 170).
12 – (La famille d'Imran – 3, verset 66).
13 – (Les Récits – 28, verset 49).
14 – (Les Groupes – 39, verset 17, 18).
15 - (Les Bestiaux – 6, verset 108).
16 – (Les Fourmis – 29, verset 64).
17 - (L'Ornement – 43, verset 58).
(18) Datation de la doctrine islamique, page 86.
(19) Ayatullah le cheikh Mohammad Ali al-Taskhiri, les Moyens et la Culture de la compréhension et le rapprochement entre les sectes islamiques, page: 5 (adapté).
(20) Les mémoires du Martyr "Motahhari" (1), page : 155.
(21) (L'araignée – 29, verset 46).
(22) (L'Ornement – 43, verset 58)